Accès direct au contenu

LMT

Version anglaise

aide

Version francaise > ÉVÈNEMENTS > Séminaires

Recherche - Valorisation

Modélisation macroscopique et mésoscopique de la rupture ductile en mise en forme des matériaux métalliques

le 9 janvier 2020
à 13h30

Pierre-Olivier Bouchard, CEMEF, Mines ParisTech, PSL Research University. (Secteur Mécanique et Matériaux)

Pierre-Olivier BOUCHARD

Pierre-Olivier BOUCHARD

Résumé :

Malgré de très nombreuses études sur le sujet, il n'existe pas à ce jour de modèle universel permettant de prédire de manière fiable et robuste la rupture ductile quel que soit le procédé de mise en forme.
Cette difficulté provient en grande partie de la complexité des trajets de chargement en mise en forme :  chargements thermomécaniques, multiaxiaux, non proportionnels, incrémentaux avec parfois de grandes vitesses de déformations.
Cette complexité demande d'une part un modèle suffisamment riche pour tenir compte des différents modes de rupture ductile, mais nécessite également de s'appuyer sur des lois de comportement valides et précises pour de tels modes de chargement. Par ailleurs, l'identification des paramètres de ces lois et de ces modèles doit être réalisée pour des chargements représentatifs de ce que subit la matière au cours du procédé, ce qui rend l'étape de calibration des modèles cruciale.

Au cours de ce séminaire, nous montrerons dans un premier temps quelques exemples de procédés avec des chargements complexes, chargements permettant notamment d'atteindre des niveaux de déformation sans rupture particulièrement élevés.
Nous nous intéresserons plus particulièrement aux procédés incrémentaux.
Nous aborderons ensuite l'influence du trajet de chargement sur les mécanismes de rupture. Pour cela, nous descendrons à une échelle mésoscopique où l'endommagement ductile provient des hétérogénéités microstructurales.
Nous détaillerons les méthodes développées pour modéliser les phases de germination, croissance et coalescence de porosités pour des microstructures hétérogènes complexes.
Nous finirons par un exemple combinant (i) essais in-situ en laminographie, (ii) corrélation d'images volumiques (DVC), et (iii) modélisation par éléments finis des mécanismes de rupture à l'échelle de la microstructure. Au travers de cet exemple, nous étudierons l'évolution de la déformation plastique locale au moment de la coalescence pour une fonte à graphite sphéroïdal
Type :
Séminaires - conférences
Lieu(x) :
Campus de Cachan
ENS Paris-Saclay - Bâtiment Léonard de Vinci - Amphithéâtre E-Media

Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité